L’avis de Noopinho : Octopath Traveler

Hello les amis !

S’il y a bien un jeu qui a retenu mon attention cet été, c’est Octopath Traveler. Ce J-Rpg avec sa direction artistique à tomber et ses mécaniques de jeu très classiques me faisait de l’oeil, et c’est avec beaucoup de joie et de chance que j’ai pu le tester.

Pour rappel, il est sorti le 13 juillet 2018 en exclusivité sur Nintendo Switch.

Allez c’est parti, je vous dis tout sur ce véritable hommage aux J-RPG des années 90 !

Octopath Traveler se situe dans un univers aux accents de medieval-fantasy, avec ce que cela comporte de royauté, religion, monstres, etc. 
L’une des grandes différences avec la plupart des autres RPG, c’est qu’ici il n’y a pas d’histoire centrale à suivre, mais plutôt l’histoire de chacun de vos 8 personnages.
Vous allez donc commencer l’aventure en choisissant l’un d’eux (attention, choisissez bien, vous serez obligé de le garder dans votre groupe pendant toute l’aventure) et suivre son récit.
Vous pourrez ensuite, dans l’ordre de votre choix, aller débloquer les 7 autres protagonistes qui vous manquent. La possibilité vous sera offerte à ce moment-là de suivre l’histoire de chacun en profondeur afin de les connaître un peu mieux avant qu’ils ne vous suivent.
Vous vous en doutez, comme il y a au final 8 histoires distinctes à découvrir comme bon vous semble, toutes sont de qualités inégales. Je vous conseille fortement celle de Primrose qui est assez mature. J’ai cependant peu accroché à celle de Tessa, mais je pense que cela peut différer d’une personne à l’autre.
Malheureusement, même si certains passages sont très intéressants, j’ai trouvé le jeu parfois un peu trop verbeux et cliché. Attention, son histoire et certains de ses scénarios ont tout de même de grandes qualités !

Maintenant parlons un peu de gameplay, car c’est tout de même ce qui nous intéresse le plus.
Ce qui nous occupe le plus dans Octopath Traveler c’est évidemment les combats… mais pas que.
Chaque personnage a des capacités spéciales pouvant être utilisées pendant que vous parcourez la carte. Par exemple, le personnage de Thérion peut voler des objets aux passants, alors que celui de Cyrus peut les scruter afin de découvrir des secrets les concernant. Une vraie bonne idée, même si certaines compétences sont un peu moins utiles que d’autres.
Pas de combat dans les villes mais une exploration des plus classiques avec la taverne permettant de changer son groupe de combattants (qui peut être de 4 personnages maximum), les magasins d’équipements pour améliorer son stuff, l’apothicaire vendant potions et consommables, et évidemment l’auberge pour récupérer de ses blessures.
Une fois en dehors des zones d’habitations, vous vous retrouverez face à différents ennemis qui varieront en fonction de la zone dans laquelle vous vous trouvez. Les combats sont assez classiques, avec une classe pour chacun des personnages : voleur, guerrier, guérisseuse ou encore chasseur.
Les affrontements se déroulent en tour par tour. Chaque personnage a une jauge d’exaltation qui monte au fur et à mesure des tours, et qui peut être dépensée afin de placer des enchainements dévastateurs.

Mais pour que ces combos soit vraiment efficaces, je vous conseille de trouver la faille de votre ennemi d’abord. C’est à dire que chaque ennemi a un compteur de coups à lui porter (assez élevé pour certains boss)qui se videra jusqu’à atteindre la fameuse faille durant laquelle vous pourrez déchaîner les forces de vos protagonistes. Et pour se faire, il faudra trouver à quoi sont sensibles vos ennemis (le feu, la foudre, une lance, une dague, etc.).

Ces deux petites originalités de gameplay apportent beaucoup de tactique aux affrontements et les rendent très intéressants. Je regrette cependant le manque d’originalité et de prise de risque des développeurs car, une fois ces mécaniques acquises, les combats deviennent un peu répétifs après quelques temps.

Et autant vous dire que ces quelques temps sont en fait des dizaines d’heures, car Octopath Travel a une durée de vie très conséquente. Comptez un peu plus de 50 heures pour le finir en ligne droite, et 80h pour en faire le tour.
Pour finir, passons maintenant à la partie technique du jeu. Autant le dire tout de suite, la direction artistique ne devrait pas vous laisser indifférent. Cette dernière est très singulière, avec des textures propres mais très simples, rappelant fortement le design des RPG d’antan.
Ce n’est pourtant pas pour autant que le jeu est moche, bien au contraire. Malgré sa 2D volontairement rétro, il profite du moteur Unreal Engine 4 pour afficher des effets de lumière, d’eau et lumineux en combat du plus bel effet.
Que dire de la direction artistique d’un tel titre, à part qu’elle est somptueuse ? Les personnages auraient peut-être mérités un peu plus de détails dans leur modélisation, mais l’ensemble se tient tellement bien que l’on pardonne volontiers les développeurs.
La partie sonore quant à elle est très correcte, avec une musique d’écran d’accueil magnifique. Les compositions pendant nos ballades sont également très agréables, tandis que pendant les combats (de boss principalement), les thèmes ne sont pas forcément inoubliables, bien que corrects.

LES POINTS POSITIFS

– Graphiquement réussi
– Combats tactiques passionnants
– 8 personnages très différents
– Durée de vie conséquente
– Direction artistique grandiose
– Classique mais efficace

LES POINTS NÉGATIFS

– Histoire de certains personnages peu passionnante
– Peu de prises de risque dans le gameplay, donc un peu répétitif à la longue

Note finale : 17/20
Durée de vie : 5/5 – Dir Artistique+graphisme+ambiance sonore : 4,5/5 – Gameplay : 4/5 – Histoire : 3,5/5
Octopath Traveler est une réussite, c’est une certitude. Mais il ne plaira pas à tout le monde pour autant, surtout si vous avez peur des combats tactiques au tour par tour, et des scénarios un peu trop verbeux. Malgré tout, ne fuyez pas devant ses quelques défauts car il est, à côté de ça, bourré de qualités : une direction artistique à tomber, une durée de vie plus que solide, et surtout des combats très passionnants et demandant un peu de réflexion. On lui reprochera son trop grand classicisme avec, au final, peu de prises de risque, mais c’est tout de même un peu ce qu’on attendait de lui : être celui qui renoue avec les mécaniques classiques d’autrefois, avec l’esthétique d’antan. Octopath Traveler réussie très bien tout ça, mais en le sublimant. Un incontournable pour tous les fans de J-RGP old-school.

Une pensée sur “L’avis de Noopinho : Octopath Traveler

  • 29 août 2018 à 18 h 04 min
    Permalink

    Il a l'air vraiment pas mal mais je ne pense pas me le prendre car trop de personnage a gérer donc je m'y perdrais très facilement je pense mais sinon super explication comme d'hab ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *