×

L’avis du Vibromaster : Metal Hellsinger, ou le massacre en chanson

lavis de noopinho MetalHellsinger

L’avis du Vibromaster : Metal Hellsinger, ou le massacre en chanson

Salut à tous !

Bienvenue dans ce test de Metal : Hellsinger, ce titre développé par The Outsiders et édité par Funcom est disponible depuis le 15 septembre 2022 et propose un mélange entre un FPS et un jeu de rythme.

Une proposition atypique exécutée avec brio que nous allons détailler dans les quelques paragraphes qui vont suivre. Accordez vos guitares et recharger vos fusils, on part visiter les neufs cercles de l’enfer…


Petite virée en Enfer

Metal : Hellsinger vous propose d’incarner une démone, sans nom et justement appelée “l’inconnue”. Enfermée dans les strates les plus profondes de l’enfer, vous parvenez à vous libérer en vous associant à Paz, un crâne bavard qui vous servira également d’arme. Votre objectif est simple : remonter les neufs cercles infernaux pour vaincre la Juge Rouge, reine démoniaque, et récupérer le précieux bien dont vous avez été dépossédé, à savoir votre voix.

Le titre ne brille pas par son scénario, mais ce dernier est avant tout un prétexte à l’action, et il serait dommage d’y voir un défaut.

Disons-le tout de suite, le titre ne brille pas par son scénario. Ce dernier est avant tout un prétexte à l’action mais il serait dommage d’y voir un défaut. En effet l’histoire qui nous est narrée est simple, mais efficace et cohérente, prenant plutôt la forme d’un conte infernal que d’une grosse production Hollywoodienne.

Le tout est d’ailleurs mis en scènes par des cinématiques faites d’illustrations toujours soignées et que, sans en dire trop, le dénouement de l’intrigue invite vraiment à imaginer une suite qu’on serait ravie de voir arriver un jour, tant le reste du jeu est maîtrisé.

avis Metal Hellsinger

Quand Doom et Guitar Hero s’aimeNT très fort, ils font un bébé.

Et oui, car la grande force de Metal: Hellsinger réside avant tout dans son gameplay. Il est temps de décrire concrètement ce qui se passe manette en main quand on parle de mélange FPS/ jeu de rythme. Imaginez des icônes comme dans n’importe quel jeu de rythme, mais qui seraient placées sur les côtés de votre réticule de visée. Ces icônes vous indiquent tout simplement le tempo de la musique et ce sera à vous de caler vos actions dessus. Tirer, recharger, esquiver ou achever un ennemi sont autant d’actions qui vous demanderons un sens du timing impeccable afin d’augmenter votre score.

Vous aurez également un compteur de combo qui influencera la musique, plus le compteur étant élevé, plus la musique se déchainera en ajoutant des instruments et de la voix. Il est important de noter que chacune de vos armes aura son propre rythme, et que chaque niveau aura un tempo différent que vous devrez apprivoiser afin de vous en sortir.

Ce gros bloc explicatif était un brin dense et je m’en excuse, mais il me semblait nécessaire d’expliquer au mieux les mécaniques pour vous faire comprendre maintenant toute la maestria du jeu.

Quand vous commencerez le niveau, vous n’entendrez qu’une ligne de basse simple pour rentrer dans le rythme. Mais très vite le tempo va s’accélérer face à vos premiers ennemis. Le rythme du jeu se fait plus tendu surtout quand les dégâts feront vite fondre votre jauge de santé, vous obligeant à rester en mouvement, à grapiller de la vie trouvable dans des cristaux ou en faisant des mises à morts semblable aux Glory Kill de DOOM.

Metal : Hellsinger arrive à nous proposer un investissement cognitif intense en nous forçant à prêter attention à tous les éléments du jeu en toutes circonstances.

A cela s’ajoute le design des armes qui va totalement changer votre façon de vous battre et dont l’utilisation dépendra bien plus de votre propre sens du rythme que de leurs capacités offensives. J’en viens enfin à aborder mon dernier point concernant le sound design fabuleux du titre. La musique étant déjà d’une grande qualité, le son des armes deviendra en quelque sorte un instrument supplémentaire qui rajoutera encore à l’ambiance du jeu et au sentiment qui s’emparera du joueur au fil des heures.

Puisque la vraie réussite du jeu découle de l’union de tous ces éléments, qui participent pleinement à nous faire entrer dans “la zone”. Cet état dans lequel le corps semble prendre le dessus sur la réflexion, une sorte de connexion entre le joueur et l’avatar. Si l’on en venait assez régulièrement à perdre le rythme quand la difficulté augmenterait, il suffira de quelques secondes pour rentrer de nouveau dans la danse et repartir de plus belle face aux hordes démoniaques. Rien de surprenant à ce qu’on se mette à battre la mesure avec son pied ou à dodeliner de la tête en rythme pour s’aider, mais c’est là toute la magie de Hellsinger. Nous proposer un investissement cognitif intense en nous forçant à prêter attention à tous les éléments du jeu en toutes circonstances.


I wanna rock

Jeu de rythme oblige, la musique se trouve particulièrement soignée, en offrant des compositions originales propres à chaque niveau en invitant des chanteurs de groupes majeurs de la scène Metal. Trivium, Arch Enemy ou encore System of a Down, le casting vocal a de quoi faire rêver les métalleux à travers le monde !

Chaque morceau collera d’ailleurs parfaitement à l’ambiance des niveaux sans jamais tomber dans la redondance. Notons aussi la présence de Troy Baker (Ocelot dan MGS V ou Joël dans The Last Of Us) en tant que Paz qui nous racontera l’histoire du jeu avec le talent qu’on lui connaît.

Concernant la partie graphique du jeu, si on n’est clairement pas en face d’une claque, le jeu assure cependant les 60 fps constant en mode performance, ce qui est tout de même plus important qu’un fourmillement de détails dans les décors.

Si le design de l’Inconnue est très réussi et rappellera surement un certain vampire de l’ère PS1 à certain, il reste dommage de voir que les designs des ennemis sont aussi proches de DOOM. Un manque d’originalité dommageable quand on compare avec le soin apporté à la direction musicale du titre.

Chaque morceau collera parfaitement à l’ambiance des niveaux sans jamais tomber dans la redondance.

Un dernier point enfin sur la durée de vie qui risque d’en faire tiquer certains ! En effet la campagne en elle-même reste assez courte, comptez moins de 5h30 pour en voir le bout en ligne droite. Mais je vous invite à baisser ce sourcil dubitatif pour vous préciser que chaque niveau possède un équivalent avec d’autres objectifs, ce qui double presque cette durée de vie, mais aussi que l’expérience est tellement intense qu’en rajouter aurais été de trop.

Sans oublier pour finir, que la nature même du jeu, très axée sur le scoring, justifie à elle seule ces niveaux relativement courts qui pousse le joueur à les refaire pour maîtriser encore plus le rythme et parfaire son score.

Mais dans les faits, le gameplay du titre et la durée de ses niveaux devraient nous assurer de pouvoir nous régaler devant des speedruns et autre superplay pendant quelques années…

avis Metal Hellsinger

Fiche d’identité du jeu
  Edité parFuncom  Public+12
  Développé parThe Outsiders  Fourni par l’éditeurOui
  Date de sortie15 septembre 2022  Testé surXbox Series X
  PlateformesPC, PS5 et Xbox Series  Temps de jeu5h
Les points positifs
Les points négatifs
• Un sound design fabuleux et des compositions originales de qualité• Un manque d’originalité dans certains designs
• Un gameplay hyper addictif• Une structure des niveaux toujours identique qui pourra en rebuter certains
• Des armes très différentes au rythme varié
• Un concept original et déjà maîtrisé
• Une histoire simple mais bien narrée
 
Note finale : 17/20
Gameplay : 5/5 | Durée de vie : 4/5 | Histoire/Univers : 3/5 | Direction artistique/Graphismes/Ambiance sonore : 5/5

Quelle réussite que ce Metal : Hellsinger. En prenant le risque de mélanger FPS et jeu de rythme, le studio The Outsiders prenais le risque de rater totalement sa recette très expérimentale. Mais force est de constater que la maîtrise de son gameplay et le soin apporté au sound design font très vite s’envoler tous les doutes. Avec son rythme justement, sans faille et sa réactivité parfaite, le jeu s’inscrit comme une valeur sûre de ce genre hybride dont on ne peut qu’espérer voir des émules aussi réussis dans les années à venir.

Signature Le Vibromaster

Laisser un commentaire