L’avis de Noopinho : The Chant, secte-simulator

L’avis de Noopinho : The Chant, secte-simulator

15 novembre 2022 0 Par Noopinho
Hello les amis !

On se retrouve aujourd’hui pour parler de The Chant, un jeu d’action-aventure horrifique à la troisième personne qui est sorti le 3 novembre dernier sur PC, PS5 et Xbox Series.

Il est développé par le studio Brass Token, dont c’est le premier titre et qui est composé de seulement une vingtaine de développeurs.

Cette aventure qui va nous faire découvrir les pratiques pas très saines d’une retraite spirituelle est-elle une vraie plongée en horreur, avec de bonnes idées de gameplay ? C’est ce que nous allons découvrir.


j’ai deux passions dans la vie, les sectes et les démons

Dans The Chant, nous incarnons Jess, une jeune femme qui commence à perdre pied moralement et mentalement à la suite du décès accidentelle de sa sœur. Jess se sent responsable de cet évènement, et pour réussir à guérir son esprit, elle décide de rejoindre Kim, une vieille amie qui est partie sur l’île de la Gloire, sur laquelle elle profite d’une retraite spirituelle.

Assez rapidement, on va comprendre que ce petit lieu de paisibilité ne l’est qu’en apparence. Cette retraite spirituelle cache en fait une sorte de secte : la prismologie. Durant sa première soirée sur l’île, un rituel va mal se dérouler, et une porte va s’ouvrir sur « l’obscurité », un monde parallèle au notre dans lequel d’horribles créatures résident.

Les développeurs ont vraiment fait un effort sur l’ambiance horrifique qu’ils voulaient mettre en place, et c’est plutôt une réussite.

Je n’en dirai pas beaucoup plus sur l’histoire pour ne pas vous spoiler. Mais vous allez comprendre au fur et à mesure de votre avancée tous les secrets que recèlent l’île de la Gloire. Vous pourrez notamment découvrir de nombreux documents écrits et vidéos vous en apprenant plus sur le lore du jeu. Dans son ambiance générale le jeu m’a fait penser à Alan Wake voir Control, deux jeux développés par Remedy. L’univers qui essaie d’être mis en place par les développeurs est vraiment pas mal fichu.

Concernant l’horreur et la tension présente dans le jeu, il y a bien eu quelques moments où j’ai sursauté mais rien de vraiment terrorisant. Toutefois le jeu arrive quand même à imposer une certaine ambiance horrifique et assez malaisante, je trouve que c’est d’ailleurs vraiment un de ses points forts.

Les personnages dans l’aventure sont en revanche un petit peu clichés, l’héroïne quant à elle est assez intéressante, et on s’implique vraiment dans son histoire et surtout son passé.

En revanche j’ai été assez déçu par les 3 fins que propose le jeu, tout d’abord les objectifs pour les atteindre ne sont pas vraiment clairs et après avoir visionné les 3 je les trouve assez cryptiques et peu convaincantes.


Tout est dans le mental

Avant de rentrer dans les détails du gameplay nous allons parler de la difficulté du jeu. Le titre propose 3 modes de difficulté : histoire, équilibrée, et difficile. C’est plutôt une bonne idée cela permettra à chacun de pouvoir adapter la difficulté du jeu à sa guise.

Entrons maintenant dans le vif du sujet, le jeu se veut être une expérience horrifique narrative à la troisième personne. Au programme : résolution d’énigmes et combat avec des atrocités. La petite particularité dans les mécaniques, c’est le fait de devoir gérer trois caractéristiques distinctes. Il s’agit du mental, de la santé, et de la spiritualité.

C’est trois spécificités sont connectées, la santé sera réduite en combat, le mental diminuera, notamment dans les zones d’ombre, et la spiritualité servira à recharger notre mental. Ce dernier est important dans l’aventure, il diminuera dès que l’on passera dans le monde de l’obscurité. Une fois atteint 0, Jess se mettra à paniquer et les manifestations obscures seront plus fortes que jamais.

La mécanique des 3 jauges différentes à gérer est maline, il faudra toujours faire attention à la santé mentale de Jess.

Malgré cette bonne idée de devoir gérer 3 jauges différentes, les combats ne sont jamais vraiment palpitants. Ils sont toujours un peu brouillons, et notre héroïne dispose finalement de peu de variétés pour pouvoir venir à bout de ses ennemis.

Toutefois, elle gagnera en puissance au fur et à mesure de notre avancée. Notamment via un arbre de compétences où nous pourrons améliorer ses capacités. De plus, Jess va récupérer des cristaux au cours de son périple, qui vont lui conférer des pouvoirs. Ces derniers n’ont malheureusement pas grand-chose de révolutionnaire, je vous laisserai les découvrir.

Nous sommes en 2022, et que serait un jeu en 2022 sans une partie de craft. Je suis mauvaise langue, car ici c’est plutôt bien fichu, il faudra faire attention à ce que Jess ne se retrouve jamais à court de matériaux. Cela engendre toujours une petite pression sur le joueur.

Enfin, quelques petits casse-têtes viendront ponctuer l’aventure. Il n’y a rien de vraiment très compliqué mais il faut avouer que cela fonctionne bien. Surtout le passage au chapitre 4 avec le phare et les cristaux à rediriger.


La gloire ?

Avant de parler technique, parlons tout d’abord de la durée de vie. Il m’a fallu environ 6h pour parcourir l’intégralité du titre. Je trouve que la durée de vie est plutôt bien dosée par rapport à ce que le jeu a à nous proposer, cela reste toutefois peut-être léger par rapport au prix de 40 € demander pour le titre.

Concernant la technique désormais, le jeu arrive parfois à être plutôt joli et à d’autres moments beaucoup moins, on n’est pas sur une claque technique mais au vu du budget de développement, je trouve que le rendu est tout à fait convenable.

Malgré une technique en dents de scie, le jeu arrive à se créer une identité visuelle et sonore très intéressante.

Toutefois, certains plans et décors sont vraiment réussis et le jeu arrive à se créer une certaine identité. La modélisation des personnages et des visages et quant à elle un petit peu sommaire mais le design général, des personnages et des ennemis et plutôt réussi.

Enfin, le jeu à la bonne idée de proposer un doublage entièrement en français. Celui-ci d’ailleurs plutôt bonne qualité et participe à renforcer l’immersion. Malheureusement cela impacte la technique, car la synchronisation labiale n’est vraiment pas optimale. Pour finir, il faut avouer que toute la partie sonore est quand même plutôt réussi, les musiques et différents bruitages sont parfaitement dans le ton et participe à renforcer l’atmosphère dérangeante de The Chant.

avis The Chant

Fiche d’identité du jeu
  Edité parPrime Matter  Public+18
  Développé parBrass Token  Fourni par l’éditeurOui
  Date de sortie3 novembre 2022  Testé surXbox Series X
  PlateformesPC, PS5 et Xbox Series  Temps de jeu6h
Les points positifs
Les points négatifs
• Une narration plutôt intéressante• Des combats finalement un peu mous
• La mécanique des 3 jauges• Des fins cryptiques et peu efficaces
• Une partie sonore solide• Des personnages assez clichés
• Des énigmes simples mais inspirées
• Une ambiance visuelle et sonore réussie
 
Note finale : 13,5/20
Gameplay : 3,5/5 | Durée de vie : 3/5 | Histoire/Univers : 3,5/5 | Direction artistique/Graphismes/Ambiance sonore : 3,5/5

Je ressors assez satisfait de mon expérience avec The Chant. Pour un premier jeu, le studio arrive à nous offrir une narration intéressante, quelques mécaniques de jeu originales, et surtout une ambiance visuelle et sonore réussi. Avec quelques personnages un peu moins clichés, et surtout des combats plus intéressants le jeu aurait pu franchir un cap. Par rapport à sa durée de vie, je vous invite à attendre un petit peu et une éventuelle baisse de prix pour vous procurer le jeu. Il n’en reste pas moins que The Chant est un premier essai très encourageant pour ce jeune studio, et qu’il ne faudra pas le perdre de vue.

Signature Noopinho
  • avis The Chant
  • avis The Chant
  • avis The Chant
  • avis The Chant
  • avis The Chant
  • avis The Chant
  • avis The Chant
  • avis The Chant