L’avis de Noopinho : Shadow Of The Colossus (PS4)

Hello les amis !
On se retrouve aujourd’hui pour le test d’un jeu déjà mythique : Shadow Of The Colossus.
Ce jeu est sorti le 17 février 2006 chez nous, sur la Playstation 2 qui était un peu en fin de vie.
Il avait marqué par la grandeur de ses affrontements, mais également par la beauté de ses paysages et la poésie de son récit.
Il nous revient aujourd’hui dans une version toute fraîche, entièrement remasterisé sur Playstation 4.
Le petit bébé de Fumito Ueda (papa de Ico et The Last Guardian également), est plus beau et bon que jamais… Allez, je vous dis tout ! 🙂

Nous commençons par une très jolie cinématique qui situe un peu le contexte du jeu. Nous contrôlons un jeune homme : Wander, qui va s’aventurer dans des terres interdites afin de sauver sa bien-aimée.
Il va découvrir qu’il peut la sauver, mais avant cela, il devra affronter et abattre 16 colosses. La tâche pourra être plutôt ardue, mais, accompagné de son fidèle destrier : Agro, notre héros bien que frêle ne manque pas de défense.
Nous allons donc parcourir un univers assez grand mais plutôt vide. En effet, les seuls ennemis que nous rencontrerons dans tout le jeu seront les fameux colosses.
Tout le gameplay du jeu est d’ailleurs basé sur ces affrontements épiques.
Le jeu a beau avoir eu un ravalement de façade complet, le gameplay, lui, n’a pas bougé d’un centimètre par rapport à l’épisode original.
Cela met d’ailleurs nos compétences de gamer actuelles à l’épreuve. En effet, les premiers déplacement sont un peu hasardeux avec notre héros. Par exemple, le système où nous devons d’abord sauter puis rester appuyé sur une autre touche pour nous accrocher est un peu déroutant, car nous avons maintenant l’habitude des jeux  » hyper assistés « .
Je dois vous avouer que j’ai eu un peu de mal sur le départ, mais une fois habitué, c’est plutôt très agréable car ce système fait tout le sel des affrontements. Lors de ceux-ci d’ailleurs, nous devons escalader des adversaires (pour la plupart gigantesques) afin de trouver leurs points faibles.
Ces affrontements proposent toujours la même finalité pour venir à bout de chaque colosse, mais jamais la même façon d’y parvenir. Chaque moyen est différent pour les affaiblir et pouvoir les escalader.
Par exemple : viser un point précis pour l’affaiblir ou encore esquiver jusqu’à ce qu’il s’assomme.
Chaque affrontement est différent et nous nous sentons vraiment très fragile face à ces monstres. C’est donc un réel sentiment d’accomplissement qui nous envahit chaque fois que nous réussissons à en terrasser un.
On pourra par contre pester parfois contre la caméra qui peut être un peu capricieuse et nous mettre dans des situations parfois compliquées pendant les affrontements.
Et comme dit plus haut, les contrôles manquent parfois un peu de précision et risquent de vous faire rager également.
Le jeu propose une durée de vie très correcte avec environ 6 à 8h pour en voir la fin (selon votre façon de jouer). Pour ce que le jeu a à nous proposer, une durée de vie supérieure aurait peut-être rendu le titre un peu lassant. Je trouve pour le coup qu’elle est très bien dosée.

 

Je ne sais pas si c’est l’ambiance générale du titre qui fait cela, mais le jeu rayonne littéralement par sa beauté. Ses vastes paysages alternants entre verdure, déserts et autres, nous font tourner la tête par leur grandeur.
Il se dégage un sentiment vraiment particulier, presque enivrant, lorsque nous parcourons l’univers qui nous entoure sur le dos de notre canasson. Pourtant, certaines textures manquent un peu de finesse par moment (j’ai testé le jeu sur une PS4 classique), mais il nous prouve à chaque instant qu’un titre peut se sublimer si la direction artistique est bien travaillée.
Chaque design des colosses est également très soigné. Ils sont tous différents, tous plus impressionnants les uns que les autres. Gravir ces géants est jouissif à chaque fois.
Que dire également de l’ambiance sonore du titre qui est parfaite. Nous alternons entre la musique très discrète mais parfaite de nos longues chevauchées dans ces paysages vides de vie, et les sons bien plus épiques et entraînants lors de l’affrontement avec les colosses.

 

Les points positifs

– Graphiquement très propre
– Direction artistique exceptionnelle
– Histoire très prenante
– Ambiance sonore enivrante
– Affrontements épiques

Les points négatifs

– Caméra un peu capricieuse
– Prise en main peu évidente et parfois hasardeuse

 

Note finale : 18/20

Durée de vie : 4,5/5 – Dir Artistique + graphisme + ambiance sonore : 5/5 – Gameplay : 4/5 – Scénario : 4,5/5

 

Il y a des remakes qui valent le coup seulement si vous n’avez pas touché au jeu d’origine. Et il y en a d’autres, bien plus rares comme celui-ci, qui sublime le produit original sans dénaturer la matière originelle.
Le jeu excelle dans quasiment tous les domaines, mis à part ses quelques petits soucis de caméra et son gameplay un peu abrupte au départ. L’univers de Fumito Ueda va vous transporter, tout simplement. Laissez-vous porter par ses affrontements dantesques et ses mélodies entraînantes.
Une fois le jeu terminé, vous aurez certainement un petit pincement au coeur de quitter l’un des meilleurs jeux de ces dernières années.
 

2 pensées sur “L’avis de Noopinho : Shadow Of The Colossus (PS4)

  • 19 mars 2018 à 0 h 12 min
    Permalink

    C'est ce genre de perle qui me fait regretter de ne pas posséder de PS4.
    Jolie test qui donne bien envie en tout cas !
    Merci pour ton passage sur GeekForce et n'hésite pas à l'avenir si tu veux que l'on échange nos liens à travers une page Partenaire ! Dans tous les cas je garde ton site en favoris 😉

    Répondre
  • 19 mars 2018 à 0 h 14 min
    Permalink

    Merci beaucoup, ton commentaire fait plaisir. Je garde le tiens de coté également, je me suis inscrit à ta newsletter. Je te recontacte pour un éventuel partage de lien 🙂
    A bientôt.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *