L’avis de Noopinho : Firewatch

Hello les amis !
On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau test avec un petit jeu indépendant, sorti d’abord sur PC puis ensuite sur PS4 et Xbox One : Firewatch.
Ce jeu est ce que l’on peut appeler un  » walking simulator « , même si je n’aime pas trop cette appellation. On y reviendra un peu plus tard dans ce test.
Allez c’est parti, je vous dis tout sur les aventures de Henry, le personnage principal que nous incarnons ! 🙂

Nous commençons le jeu d’une façon assez surprenante, avec des choix à faire qui façonnent un peu l’histoire de notre personnage. Des informations aussi bateau que  » comment s’appelle le chien ? « 
Tout cela peut paraître anodin, mais permet en fait de raconter l’histoire de notre personnage Henry avant les évènements qui vont se dérouler.
Je ne vous donnerais pas les raisons de pourquoi notre protagoniste va décider du jour au lendemain de venir dans le Wyoming afin de surveiller les départs de feux de forêt, mais sachez que le jeu se situe en 1989, et que toutes les raisons de son départ vous seront expliquées au fur et à mesure.
Le jeu nous mène donc sur une carte assez vaste, regroupant de grandes étendues de verdures, mais aussi des chemins un peu plus abrupts avec la présence de quelques collines.
Nous sommes donc  » lâchés  » dans notre job, avec pour seul ami un talkie-walkie grâce auquel nous échangeons avec une autre garde forestière, Delilah.
Les dialogues sont fort bien écrits, et nous nous attachons aux protagonistes sans forcément avoir énormément d’interactions avec eux.
L’histoire paraît un peu molle et légère au départ, mais vous vous rendrez compte bien assez vite que, sous ses airs calme et tranquille, votre nouveau lieu de travail renferme en fait bien d’autres secrets…


Le gameplay du jeu ne plaira pas à tout le monde c’est une certitude. Vous passerez la plupart de votre temps à faire des allers-retours pour surveiller le parc dont vous êtes le gardien. Vous pourrez cependant saisir quasiment tous les objets qui vous entourent, même si la plupart n’ont pas forcément d’utilité.
Votre action principale tout au long du jeu sera de répondre aux appels talkie-walkie de votre collègue. Vous pourrez ainsi la solliciter directement afin de lui faire part de certaines choses constatées, ou bien c’est elle qui pourra vous solliciter pour dialoguer.
Vous disposerez de plusieurs choix de réponse à chaque fois, mais malheureusement cela n’aura que très peu d’impact sur la suite de l’aventure qui se veut très dirigiste. Toutefois, ces dialogues sont très plaisants et bien écrits, et comblent largement les grand moments de ballade qui peuvent  parfois être un peu répétitif.
Quelques autres actions sont possibles dans le jeu, comme faire de l’escalade (sur des lieux prévus à cet effet), ou encore rechercher des boites de stockage dans lesquelles d’autres gardes forestiers ont pu vous laisser du matériel nécessaire à l’aventure.


La direction artistique du titre est une vraie réussite, avec une identité graphique très prononcée qui se démarque bien. Le jeu n’est par contre pas un modèle de réussite technique, avec des textures qui oscillent entre le correct et le moyen, mais là n’est pas l’essentiel. Je ne peux pas comparer un jeu développé par un petit studio à des jeux de grosses productions.
La bande son est, elle, parfaite, avec une mention spéciale pour les doublages (en anglais sous-titré français) particulièrement bien réussis.
La durée de vie n’est pas exceptionnelle, et si vous ne l’avez pas encore acheté, je vous conseille d’attendre des promotions qui sont assez fréquentes. Le jeu propose entre 3 et 4h d’aventure en fonction de votre envie de vous balader, et du fait de sa linéarité sa rejouabilité est limitée.

Les points positifs

– Scénario prenant et bien écrit
– Bande son de qualité
– Direction artistique réussie
– Dialogues très intéressants
– Personnages attachants
– Gameplay limité mais bien pensé

LES POINTS NÉGATIFS

– Fin plutôt frustrante
– Difficulté inexistante
– Choix qui ont peu d’influence sur le déroulement de l’histoire

Note finale : 15/20
Durée de vie : 3/5 – Dir Artistique+graphisme+ambiance sonore : 4/5 – Gameplay : 4/5 – Scénario  : 4/5



Firewatch est un peu un ovni du jeu vidéo : la difficulté est inexistante, et nous n’incarnons pas un super héros tirant sur tout ce qui bouge. Non, ici nous sommes seulement un homme qui a décidé de changer de vie et de devenir garde forestier. 


Vos heures passées en compagnie de Henry seront faites de dialogues et de balades dans les paysages d’un parc naturel du Wyoming.
Le jeu ne plaira pas à tout le monde car nous sommes presque par moment devant une aventure narrative, et nos choix n’auront que très peu d’impact.

Cependant, l’histoire de Henry et de Delilah est tellement bien écrite et emmenée, qu’une fois que vous aurez commencé l’aventure de Firewatch, vous ne résisterez pas à l’envie d’aller jusqu’à la fin. Ce jeu indépendant prouve une fois encore que l’on peut réussir à faire de bons jeux avec peu de moyens, mais beaucoup de bonnes idées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *