L’avis de Noopinho : Daymare 1998

L’avis de Noopinho : Daymare 1998

1 mai 2020 0 Par Noopinho
avis Daymare 1998
Hello les amis !
 

On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau test avec un survival horror : Daymare 1998. Le titre est développé par un petit studio italien, Invader Studios, qui s’est fait connaître à la base pour un remake non officiel de Resident Evil 2 (bien avant la sortie de l’officiel de Capcom).

Fort de cette expérience, le studio a décidé de créer son propre titre, tout en s’inspirant grandement des codes de la franchise nippone. Le jeu est sorti le 17 septembre 2019 sur PC, et le 28 avril dernier sur PS4 et Xbox One.

Daymare 1998 est-il plus qu’un simple hommage à la saga Resident Evil, et plus généralement aux survival horror des années 90 ? C’est ce que nous allons découvrir !

 
 

C’est l’histoire de Castor et Pollux

 

Pour débuter ce test, nous allons parler de l’histoire et du contexte de Daymare 1998. Le titre se passe (comme son nom l’indique) en 1998. Vous incarnerez 4 personnages différents au cours de l’histoire, et chacun des protagonistes aura son rôle à jouer.

Au départ, vous prenez les commandes d’un agent d’élite du groupe H.A.D.E.S, l’équivalent de l’unité d’élite S.T.A.R.S dans la saga Resident Evil. Votre mission sera de découvrir ce qui s’est passé dans un laboratoire de recherche du groupe Hexogenic, et de détruire toutes les preuves, si elles sont compromettantes.

Vous allez vite découvrir que le laboratoire mène des expériences très étranges sur les humains, et que le gaz utilisé s’est échappé dans tout le laboratoire. Ce premier chapitre, qui sert un peu de tutoriel, prendra fin avec la récupération du gaz. Malheureusement, lors de votre retour en hélicoptère, les choses vont mal tourner et vous vous crasherez sur la ville de Keen Sight. Le gaz récupéré va évidemment s’échapper, et les habitants de la ville vont vite se transformer en d’abominables créatures…

Voilà en gros pour le speech de base. On ne va pas se mentir, cela sent un peu le réchauffé. Malgré tout, l’histoire arrive à garder une certaine cohérence, et réussit à nous maintenir intéressé.

Ce n’est clairement pas le scénario du siècle, mais il fonctionne bien.

Malheureusement, les personnages que vous allez incarner manquent un peu de charisme, et il sera dur de s’attacher à eux. La mise en scène des dialogues n’aide d’ailleurs pas vraiment.

Nous aurons tout de même le droit à quelques rebondissements scénaristiques au cours de l’aventure, qui sauront nous tenir en haleine. Pour ceux qui se laisseront prendre à l’univers du titre, vous trouverez un tas de fichiers audio ou écrits à parcourir. De plus, les développeurs ont ajouté des fichiers assez particuliers. Ces derniers contiennent une adresse web qu’il faudra saisir (en vrai sur votre navigateur web), ainsi qu’un mot de passe indiqué à rentrer pour pouvoir accéder à des données (confidentielles) nous en racontant un peu plus sur le lore de Daymare 1998.

avis Daymare 1998
 
 

Old school comme un zombie

 

Comme je le disais plus haut, Daymare 1998 emprunte beaucoup à la série des Resident Evil, et pas seulement dans son propos, dans son gameplay également.

Le jeu est donc un survival horror qui se joue à la troisième personne. La caméra est très proche de ce que l’on peut trouver dans les deux derniers remakes de la franchise de Capcom.

Qui dit survival horror dit affrontements, et vous en prendrez pour votre grade. Pour combattre vos ennemis, vous aurez plusieurs armes à disposition en fonction de votre personnage. Ces dernières vont du fusil à pompe à la mitraillette, en passant par le revolver. Il faut dire que les combats sont assez mous, mais ils réussissent malgré tout à garder une tension constante chez le joueur, à cause notamment de la fragilité de notre personnage, et de l’abondance d’adversaires par moment.

Survival horror rime aussi avec gestion des vivres et des munitions, et ça Daymare 1998 l’a parfaitement compris. La fuite sera par moment préférable à l’affrontement direct, dû au peu de minutions que vous trouverez durant votre aventure. La gestion de vos balles est d’ailleurs particulière, puisqu’il faudra toujours passer par un menu (matérialisé par un hud électronique fixé au bras de notre personnage) pour s’assurer d’avoir des munitions dans ses chargeurs. Le rechargement de vos armes prend d’ailleurs un certain temps, ce qui est d’autant plus stressant. Et histoire d’en rajouter une couche, si vous n’avez plus de munitions dans vos chargeurs, le fait de regarder votre inventaire ne met pas le jeu en pause, il est donc vivement déconseillé de faire ça durant un affrontement.

Les affrontements sont intéressants mais manquent un peu de punch.

Abordons maintenant le dernier point que l’on retrouve souvent dans les survival horror : les énigmes. C’est pour moi la partie la plus réussie de Daymare 1998. La quasi-totalité des casse-têtes du jeu sont bien pensés, mais restent toutefois accessibles. De plus, ils sont assez variés et viennent casser le rythme des affrontements, ce qui permet de donner un peu de répit au joueur.

Concernant la peur, je vous avoue que j’ai sursauté quelque fois pendant ma partie, notamment à cause d’ennemis subtilement placés derrière une porte par exemple. Mais globalement, c’est plus la tension que la peur qui m’a animé durant mon aventure. Mention spéciale pour le boss final qui était particulièrement compliqué à battre, et qui a su mettre mes nerfs à rude épreuve.

Enfin, parlons un peu de la durée de vie qui est vraiment solide pour le genre. J’ai mis 10 heures pour finir le jeu, ce qui est vraiment correct. Malgré tout, on regrettera quelques allers-retours un peu pénibles durant certains passages, et qui rallongent artificiellement la durée de vie.

avis Daymare 1998
 
 

Une technique en dents de scie

 

Pour finir ce test, vous avez l’habitude, on va parler de la technique du jeu. Mais avant cela, je tiens à préciser évidemment qu’on ne peut pas attendre autant d’un jeu comme Daymare 1998, produit par un petit studio, qu’une grosse production comme Resident Evil.

Tout d’abord, le titre possède des qualités indéniables en matière de direction artistique et d’éclairage de scènes. Plusieurs plans sont très réussis, et cela mérite d’être souligné.

D’un point de vue technique pure, le jeu est assez propre, avec des textures nettes. Malheureusement, j’ai noté quelques chutes de framerate assez désagréables sur Xbox One X, ce qui est vraiment dommage.

Les protagonistes ont des expressions faciales d’un autre temps, ce qui rend l’attachement aux personnages vraiment très compliqué.

Un autre détail qui est un peu gênant, c’est l’animation globale des personnages du jeu. Les protagonistes ont des expressions faciales d’un autre temps, ce qui rend l’attachement aux personnages vraiment très compliqué. De plus, les déplacements sont assez lents, et on a presque l’impression que les ennemis ne marchent pas mais glissent sur le sol.

Pour finir, la partie sonore est très correcte. Les bruitages et différentes musiques peuvent parfois être assez stressants, et vous apprendrez vite à reconnaître quels adversaires sont proches de vous en fonction des bruits qu’ils font. Pour ce qui est du doublage, nous avons le droit uniquement à une version anglaise sous-titrée en français qui, sans être exceptionnelle, fait bien le job.

avis Daymare 1998
 
 
Fiche d’identité du jeu
Edité par Destructive Creations Public +18
Développé par Invader Studios Fourni par l’éditeur Oui
Date de sortie 17 septembre 2019 sur PC, 28 avril 2020 sur PS4 et Xbox One Testé sur Xbox One X
Plateformes PC, PS4, Xbox One Temps de jeu 10h
Les points positifs Les points négatifs
• Histoire intéressante • … mais qui sent le réchauffé
• Des énigmes vraiment bien pensées • Une technique perfectible
• Une tension constante • Mise en scène et animation des personnages compliquées
• Gestion des minutions intéressante • Affrontements un peu mous
• Durée de vie solide pour le genre
Note finale : 13,5/20
Durée de vie : 4/5 – D.A./Graphisme/Ambiance sonore : 3/5 – Gameplay : 3,5/5 – Univers/Histoire : 3/5
 

Daymare 1998 est un jeu vraiment très honorable pour un petit studio. On sent que les développeurs ont voulu rendre hommage aux survival horror des années 90, mais peinent malgré tout à se démarquer de ces derniers. L’histoire est assez intéressante, mais déjà vue, et la mise en scène peine à décoller. Heureusement, le jeu repose sur un système de gestion des munitions intéressant et des énigmes bien pensées. Si vous êtes fan du genre, je vous invite à franchir le pas, vous risquez d’aimer l’aventure. Pour les autres, je vous conseille une petite baisse de prix avant de tenter votre chance.

   
  • avis Daymare 1998
  • avis Daymare 1998
  • avis Daymare 1998