×

Avis – Still Wakes The Deep, L’évolution du Walking Simulator

cover 1

Avis – Still Wakes The Deep, L’évolution du Walking Simulator

Si il est bien un auteur qui aura influencé la culture bien au delà de son époque, c’est ce bon vieux H.P Lovecraft. Avec ses Grands Anciens et autre alien de Pluton, l’écrivain à su créer tout un imaginaire qui continue d’influencer les autres auteurs aujourd’hui encore. 

Et quand un créateur inspiré par Lovecraft mélange sa propre expérience avec la claustrophobie, cela donne naissance à Still Wakes the Deep, du studio The Chinese Room et édité par Secret Mode.

Dans ce jeu disponible depuis le 18 juin 2024 sur Xbox, PS5 et PC, vous devrez survivre au folies marines le temps d’une courte aventure menée tambour battant. Si ce postulat de départ vous fait envie, alors bienvenue dans cet avis sur Still Wakes The Deep.

C’EST PAS L’HOMME QUI PREND LA MER…

Still Wakes The Deep vous met dans les bottes en caoutchouc de Cameron “Caz” MacLeary, électricien sur une plate-forme pétrolière au large de l’Ecosse qui, on le comprend vite, s’est retrouvé ici contre son gré. Mais dès l’intro du jeu, notre bon Caz se fait viré et est prié de retourner sur la côte au plus vite. Malheureusement un incident sur la plate-forme va l’empêcher de quitter les lieux et le pousser à survivre à des choses bien mystérieuses qui transformeront certains membres d’équipage en monstre tentaculaire…

Le scénario de Still Wakes The Deep est, disons le, sympathique. Il ne met pas en scène de grande question morales ou une critique subtile de quoi que ce soit, mais il excelle réellement dans son efficacité, sa cohérence et surtout le réalisme de ses personnages. Les situations s’enchaînent de façon très fluide et tout le setting de la plate-forme est suffisamment original pour motiver le joueur à continuer son avancée.

Mais comme dit plus haut, l’une des vraies force du jeu se trouve dans ses personnages et surtout dans les dialogues et doublages. Les répliques s’enchaînent et le fort accent écossais des protagoniste donne une ambiance unique au jeu, bien loin des habituels accents américains ou britanniques. Le tout prend en plus place dans des décors qui fourmillent souvent de détails qui rendent crédible la vie sur cette installation maritime.

Le scénario excelle réellement dans son efficacité, sa cohérence et surtout le réalisme de ses personnages.

Et puisqu’on à aborder le sujet des doublages, c’est en fait toute la partie sonore du titre qui brille, encore plus quand on fait le jeu au casque. La plate-forme grince, vos bottes frappent le métal, le vent souffle avec force, l’eau qui s’écrase lourdement en vague géante et surtout…. les cris des monstres.

Ces derniers sont rares mais quand ils hantent une zone embrumée ou une cale humide, vous les entendrez hurler de désespoir, ce qui participe pleinement à la sensation de malheur qui s’est abattu sans prévenir sur l’équipage.

avis Still Wakes The Deep

WALKING SIMULATOR EN HAUTE MER

Les décors sont beaux, les personnages soignées et le sound design est très marquant. Certes. Mais qu’est ce qu’on fait dans ce maudit jeu ?

Sous ses allures de jeu d’horreur, Still Wakes The Deep est en fait assez proche d’un walking simulator. Même en apportant un peu de variété dans ses phases, le jeu reste très simple et ne met pas vraiment le joueur en difficulté. Un plaisir pour la fluidité que cela amène dans la progression, mais une certaine frustration tant cela détruit les phases de tension. Le jeu n’échappe pas au côté “Outlast” qui fait que la tension disparaît dès lors qu’on comprend que tourner en rond en sprintant est une technique efficace pour traverser les zones infestées de monstre. Des monstres qui vont toujours un par un d’ailleurs.

Still Wakes The Deep est une évolution bienvenue de la formule walking simulator.

Rien d’étonnant quand on se souviens des précédents jeux du studio comme Dear Ester ou Everybody’s Gone to the Rapture qui étaient justement des walking simulator à ambiance. Et en ce sens, Still Wakes The Deep est une évolution bienvenue, plus spectaculaire de la formule qui saura sûrement attiser la curiosité de joueurs jusque là sceptique sur le genre.

Et cette histoire de claustrophobie dans tout ça ? Et bien oui, certaines scenes deviendront assez anxiogènes notamment lors des passages d’exploration sous marine qui m’ont personnellement mis assez mal à l’aise. La mise en scène aide beaucoup grâce encore une fois au sound design mais aussi à la gestion exemplaire des lumières et reflets sur les différentes surfaces, le fait que l’eau soit mélangé au pétrole sombre et tout les petits espaces exiguë dans lesquels Caz sera amené à se faufiler. Cela dit ces moments sont trop rares à mon goût, mais il est tout à fait possible également que je n’y soit pas suffisamment sensible.

avis Still Wakes The Deep

EN MER, ON RAME

Techniquement parlant le jeu est plutôt beau. Comme dit plutôt les décors sont bien remplis, les différentes textures sont vraiment convaincantes et le filtre granuleux apposé au jeu donne un véritable charme à l’ensemble (alors que j’ai tendance à désactiver cette option dans la plupart des jeux).

La fluidité du mode qualité est un peu trop absente.

La où les bas blesse, c’est sur la fluidité du mode Qualité. Je n’ai joué que quelques minutes dans ce mode et les terribles ralentissements m’ont convaincu de passer directement au mode fluidité qui lui ne souffre que très rarement de chute de fps. 

Petite mention spéciale à la musique, qui reste discrète mais sait toujours taper juste.

avis Still Wakes The Deep

Fiche d’identité du jeu

  Edité parSecret Mode  Public+16
  Développé parThe Chinese Room  Fourni par l’éditeurNon
  Date de sortie18/06/2024  Testé surXbox Series X
  PlateformesPC, PS5 et Xbox Series  Temps de jeu3h

POINTS POSITIFS

POINTS NÉGATIFS

Ambiance très réussie Une absence totale de difficulté
Sound design très soigné Le mode qualité très peu stable
Excellente gestion du rythme
Un walking simulator
Les doublages

Note : 15/20

Still Wakes The Deep est une très bonne surprise. Moi qui n’avais pas aimé les précédents jeux du studio, j’ai été très agréablement surpris par l’ambiance et le rythme du jeu. Une aventure courte mais intense, avec des scènes marquantes et une dynamisation du style Walking Simulator avec l’ajout de phase de poursuite ou de cache-cache le tout dans un décor original et enrobé dans un sound design très soigné.  La qualité globale de l’expérience et sa durée font presque oublier ses quelques soucis, notamment son absence de difficulté ou une tension qui redescend trop facilement. 

Laisser un commentaire