L’avis de Noopinho : The Occupation

l'avis de Noopinho The Occupation

Hello les amis !

 

On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau test avec un jeu narratif à la première personne : The Occupation.
 
Le titre est développé par le petit studio White Paper Games, et édité par Just For Games. Le jeu aborde des thèmes sensibles comme le terrorisme ou encore l’immigration.
Mais alors, The Occupation est-il un jeu narratif de plus, ou bien arrive-t-il à se démarquer des autres ?
 
C’est ce qu’on va découvrir ! 🙂

 

 

1984, mais en 1987

 

Plaçons un peu le contexte de ce The Occupation. Le titre se déroule au Royaume-Uni en 1987, quelques mois après un attentat qui a fait 23 morts, et qui est attribué à un travailleur immigré : Alex Dubois.
 
Vous, vous êtes Harvey Miller, un journaliste qui veut faire la lumière sur cet évènement, et comprendre ce qui s’est réellement passé. Car à la suite de cet acte terroriste, de drastiques mesures anti-immigration ont été mises en place par le gouvernement.
 
C’est dans ce contexte de tensions politiques et complotiste que vous devrez essayer de découvrir la vérité. L’histoire de The Occupation est assez intéressante, et vous la comprendrez au fur et à mesure de votre progression.
 
La compréhension de l’univers se fait d’ailleurs majoritairement par le gameplay, en avançant dans votre enquête et en prenant connaissance de notes ou autres dossiers informatiques.
 
L’idée est plutôt intelligente, mais l’histoire reste nébuleuse sur de nombreux points, même une fois l’aventure terminée, et il faudra revenir plusieurs fois pour tout comprendre. Je suis assez fan du fonctionnement de faire comprendre les évènements par le jeu, et non par des cinématiques ou autres, mais à mon goût ici ce n’est que trop peu clair.

 
l'avis de Noopinho The Occupation
 

 

Une enquête à haut risque (ou pas)

 

Mais alors, si on découvre l’histoire de The Occupation par le gameplay, à quoi ça ressemble ?
 
Le titre propose des mécaniques de jeu narratif à la première personne comme Firewatch ou encore Gone Home. Vous devrez explorer de nombreux lieus afin d’en apprendre plus pour votre enquête.
 
Dans votre exploration, vous serez accompagné de votre fidèle carnet de notes qui vous permettra de noter toutes les choses apprises jusqu’ici. Pour alimenter ce carnet, il vous faudra résoudre quelques « énigmes », comme trouver des mots de passe pour accéder à un ordinateur avec un fichier sensible, ou encore réussir à vous introduire dans un lieu paraissant inaccessible.
 
Je rassure tout de suite les réfractaires, il n’y a rien de très compliqué, et tout s’imbrique assez logiquement.
 
Mais alors si le jeu se déroule aussi tranquillement, quel est notre ennemi ?
 
Et bien il y en a en fait deux. Tout d’abord, les gardes qui rôdent dans les lieux dans lesquels vous ne devriez pas être. Il faudra avancer avec précaution et se cacher sous un bureau, une table ou autre pour échapper à leur vigilance. Attention, ici pas de game over, juste une petite remontée de bretelles et un retour à l’entrée du lieu que nous explorons.
 
Mais l’ennemi le plus dangereux dans The Occupation reste le temps. Le titre utilise une idée plutôt intéressante, car vous avez 4h dans le titre pour résoudre votre enquête, 4h qui correspondent au final à du temps de jeu réel. Il faudra donc toujours jeter un coup d’œil à votre montre, car certains évènements vont se passer à des moments précis, et vous permettront d’en apprendre plus sur l’attentat (ou pas).

 
l'avis de Noopinho The Occupation
 

 

Il est joli ce porte-documents !

 

Comme vous avez du le comprendre, la durée de vie de The Occupation est plutôt correcte. Vous parcourez le titre en un peu plus de 4h en comptant les différentes cinématiques, mais il vous faudra recommencer plusieurs fois pour découvrir tous les mystères qui entoure cette affaire.
 
Concernant la partie technique, le titre est vraiment réussi. Sans rentrer dans des grandes batailles de textures avec de la 4K ou autre, le jeu arrive à tirer son épingle grâce à une direction artistique très maîtrisée. Tous les lieux que l’on visite ont un certain charme, et il s’en dégage une atmosphère particulière.
 
Pour la partie sonore, je retiendrais des doublages de qualité, mais une bande son un peu en retrait.
 
Je ne peux pas passer sous silence certains bugs que j’ai pu rencontrer par contre. Il faut savoir qu’au départ, je ne pouvais pas jouer du tout, car le réticule était totalement décalé, et j’ai eu le droit à quelques crashs. Mais je tiens à vous rassurer, The Occupation a été patché deux fois depuis, et tout est stable maintenant.

 
L'avis de Noopinho The Occupation
 

 

Fiche d’identité du jeu
  Edité par Just For Games   Public +12
  Développé par White Paper Games   Fourni par l’éditeur Oui
  Date de sortie 5 mars 2019   Testé sur Xbox One X
  Plateformes PC, PS4, Xbox One   Temps de jeu 8h
Les points positifs Les points négatifs
• Direction artistique maîtrisée • Quelques bugs
• Histoire intéressante… • Mais trop nébuleuse
• Concept de gestion du temps intéressant • Mécaniques de jeu trop classiques
• Visuellement très agréable
Note finale : 13/20
Durée de vie : 3,5/5 – Dir Artistique+graphisme+ambiance sonore : 4/5 – Gameplay : 3/5 – Scénario : 2,5/5

 

The Occupation est plutôt une belle surprise. Sans révolutionner le genre, le jeu arrive à attirer notre attention sur son histoire, et sa direction artistique arrive à faire des merveilles. On regrettera toutefois des mécaniques de jeu manquant un peu d’innovation, même si la gestion du temps est plutôt une réussite.
Mais le plus gros défaut du jeu reste pour moi son histoire un peu trop confuse à mon goût, et qui aurait mérité d’être un poil plus explicite.
Malgré tout je conseille le jeu aux amateurs de walking simulator, et à ceux voulant découvrir une expérience différente de la plupart des jeux actuels.

 

 
signature noopinho

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *