L’avis de Noopinho : Horizon Forbidden West, Road-trip pour sauver le monde

L’avis de Noopinho : Horizon Forbidden West, Road-trip pour sauver le monde

12 mars 2022 0 Par Noopinho
Hello les amis !

On se retrouve aujourd’hui pour un nouvel avis, avec l’un des jeux les plus attendus de ce début d’année 2022 : Horizon Forbidden West.

L’exclusivité Playstation est arrivée le 18 février dernier sur PS4 et PS5, et elle propose de retrouver Aloy, 6 mois après les évènements du premier opus.

Ce dernier ne m’avait pas entièrement convaincu, je l’ai fini que récemment et c’était pour moi un bon jeu, mais pas un grand jeu. Est-ce que ce second opus arrive à faire franchir un cap à la franchise ? C’est ce que nous allons découvrir.


Epopée vers l’Ouest

Avant de rentrer dans le vif du sujet, le jeu a la bonne idée de proposer un résumé des évènements de Horizon Zero Dawn, le premier opus. Cela permet de comprendre le contexte pour les nouveaux venus, et de rappeler un peu l’histoire pour ceux qui ont parcouru le jeu à la sortie il y a 5 ans.

Spoiler alerte pour ceux qui ne veulent rien savoir sur l’histoire du jeu, je vais parler du synopsis du jeu. Vous êtes prévenus, c’est parti. Comme je le disais en introduction, l’histoire se déroule 6 mois après les évènements du premier jeu. Aloy a réussi à arrêter Hadès, mais la Terre se meurt toujours. Notre héroïne fait tout son possible pour retrouver l’intelligence artificielle Gaïa, et ainsi redonner de l’espoir à notre planète.

La jeune Nora ne sera pas seule durant son aventure. Les compagnons vont prendre plus d’importance, que ce soit sur des missions principales, ou secondaires. Il y aura des visages connus comme ceux de Varl et Erend, et de nouveaux personnages surprenants et attachants.

La mise en scène et les quêtes secondaires gagnent vraiment en qualité dans ce second opus.

Outre une Aloy bien moins solitaire que dans le premier volet de ses aventures, c’est surtout la mise en scène du titre qui gagne en qualité. Que ce soient les cinématiques, ou simplement les plans lors des dialogues, on sent une vraie amélioration sur ce point. Les discussions entre personnages ainsi que les scènes où nous n’avons pas à toucher notre manette sont bien plus prenantes.

En plus d’une mise en scène bien meilleur, l’histoire générale du titre ainsi que son lore sont toujours deux des grandes forces de Horizon Forbidden West. Plus vous allez avancer dans l’histoire, et plus vous allez avoir envie de découvrir la suite. Le personnage de Aloy gagne d’ailleurs en épaisseur, elle est plus affirmée et donc d’autant plus attachante.

Un autre point qui n’était pas une force pour le premier épisode, ses quêtes secondaires. La plupart étaient inintéressantes, avec une histoire minimale et des récompenses anecdotiques, ce qui ne poussait pas le joueur à s’investir. Ce n’est plus le cas ici, et il faut souligner une fois encore le travail fait sur cet aspect. Sans être du niveau d’un The Witcher 3, la plupart des missions annexes sont intéressantes.

Toutefois, le jeu ne rechigne pas avec une multitude d’activités secondaires. Certaines sont intéressantes comme les recherches d’artefacts dans les sites antiques, mais d’autres beaucoup moins. Cela permet de pousser la durée de vie du titre qui flirtera avec la centaine d’heures pour les complétionnistes. Si par contre vous voulez le parcourir en ligne droite, il faudra compter pas loin de 30 heures de jeu, un chiffre très solide pour le genre.

avis Horizon Forbidden West

On prend les mêmes et on recommence ?

Pour le premier opus, j’ai été conquis par l’histoire principale, c’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à le finir. Parce que je n’étais pas totalement convaincu par le gameplay, la faute à des affrontements banals, et un volet infiltration vraiment pas folichon. Quand est-il de ce nouvel épisode ?

Et bien tout d’abord, la partie combats a vraiment progressé. Aloy s’est étoffé de plusieurs mouvements, ce qui la rend bien plus mobile et réactive en combat. Elle peut par exemple s’agripper avec son grappin, ou encore planer quelques instants avec sa voile. Les combats n’inventent pas la roue, mais l’aspect stratégique contre les machines est intéressant. Il faudra utiliser le bon élément pour les affaiblir, ce qui apporte toujours un peu de tactique. En revanche, les affrontements contre les adversaires humains ne sont toujours pas extraordinaires.

Comme dans le premier volet, la Sauveuse de Méridian va pouvoir apprendre de nouvelles compétences au fur et à mesure de sa progression. Chaque mission et combat vont vous permettre de débloquer de nouveaux et capacités. La montée en puissance de votre personnage va donc se ressentir. Je trouve d’ailleurs le nouveau menu concernant les compétences bien plus lisibles qu’auparavant.

Le gameplay gagne en souplesse dans les affrontements et Aloy est bien plus mobile.

Les compétences d’Aloy ne sont pas les seules choses à améliorer. Il faudra aussi faire progresser votre équipement, que ce soit vos armes ou vos tenues. Pour cela il faudra chasser des machines, voir des animaux, afin d’avoir les matériaux nécessaires et utiliser les établis disponibles dans le jeu.

Autre point négatif qui avait été relevé à l’époque, l’escalade dans le jeu. En effet, Aloy était assez limitée dans ses possibilités de grimpette. Il faut le savoir tout de suite, non vous ne pourrez pas grimper absolument partout dans Horizon Forbidden West. Toutefois, grâce à son focus, notre héroïne va pouvoir afficher des prises sur les parois qui vont lui permettre de grimper. Même si cette fonctionnalité est parfois un peu aléatoire et pas toujours très logique, elle est à signaler car elle apporte de la verticalité à nos déplacements.

Enfin, ce qui pour moi était le plus gros point faible du premier titre, et ce qui est d’ailleurs assez récurrent pour de nombreux titres récents à mon sens, c’est un volet infiltration et intelligence artificielle défaillant. Malheureusement ce second opus n’arrange pas grand-chose.

Les ennemis sont toujours soit totalement débiles, soit des dieux pouvant voir à travers la matière. De plus les mécaniques sont vues et revues, il faut se cacher dans des hautes herbes, analyser le parcours des ennemis etc, pour utiliser les mécaniques d’infiltration. Il serait temps de faire évoluer la formule qui n’a pas vraiment bougé depuis un long moment, et qui à mon sens est une plaie dans la plupart des titres de ces dernières années…


L’art de la technique

Comme d’habitude, nous allons aborder la technique du jeu en dernier point de cet avis. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, Horizon Forbidden West est époustouflant. Le titre propose des décors assez fous, des personnages ultra détaillés et un univers à tomber par terre. Il est juste dommage de devoir choisir entre la qualité et les 60 images par seconde (même si on commence à avoir l’habitude), mais le jeu vous fera décrocher la mâchoire plus d’une fois. J’ai d’ailleurs passé mon temps à faire des screenshots tellement le jeu est beau.

En plus de sa technique, le jeu a la bonne idée de proposer une direction artistique grandiose. L’univers proposé va avoir plusieurs biomes distincts qu’il est plaisant de parcourir. Tout fonctionne bien, et on a vraiment l’impression de parcourir un univers cohérent. Les balades avec Aloy seront un régal pour les yeux du début à la fin.

Le jeu vous fera décrocher la mâchoire plus d’une fois.

Je tenais également à signaler un gros effort sur les options d’accessibilité, avec de nombreuses possibilités. C’est assez fréquent sur les productions Playstation, mais c’est à souligner. Le HUD du jeu est également paramétrable, une très bonne possibilité est par exemple le fait que l’affichage disparaisse, pour nous laisser admirer le paysage, puis réapparaisse avec un simple glissement sur le tactile de la Dualsense, une très belle idée.

D’ailleurs en parlant de la Dualsense, elle est utilisée mais pas à son plein potentiel à mon sens. On ressent bien les vibrations haptiques durant les cinématiques, mais durant le reste du jeu c’est plus timide. En revanche, les gâchettes adaptatives permettent un meilleur ressenti de la résistance de l’arc de notre héroïne.

Le seul point négatif que je peux noter sur la technique, c’est que malgré les patchs, quelques bugs subsistent encore. Ils ne sont pas bloquants, seulement esthétiques, mais c’est dommage que parfois l’affichage des textures tardent un peu, ou encore qu’Aloy trouve le moyen de se bloquer dans le décor.

Enfin, parlons de la partie sonore. Pour moi c’est un sans-faute, si vous jouez avec un casque, vous allez être transporté. Le sound design est vraiment au top, et chaque environnement propose ses propres sons. Ecouter les machines rugir au loin est également une sensation grisante. Concernant le doublage, je n’ai essayé que la version française, et elle est de très bonne qualité, rien à dire. Pour les musiques, c’est également du très haut niveau avec des compositions à la fois héroïque et engageante, qui se marient parfaitement avec le caractère de notre personnage, et l’ambiance du titre.


Fiche d’identité du jeu
  Edité parPlaystation  Public+16
  Développé parGuerilla Games  Fourni par l’éditeurOui
  Date de sortie18 février 2022  Testé surPlaystation 5
  PlateformesPS4, PS5  Temps de jeu30h
Les points positifs
Les points négatifs
• Une histoire principale passionnante• Un volet IA/infiltration toujours peu convaincant
• Des améliorations bienvenues concernant les combats• Encore quelques bugs à signaler
• Des quêtes annexes bien plus intéressantes
• Une durée de vie très solide
• Une vraie baffe technique
• Une partie sonore parfaite
• Une direction artistique toujours au top
 
Note finale : 17/20
Gameplay : 3,5/5 | Durée de vie : 5/5 | Histoire/Univers : 4/5 | Direction artistique/Graphismes/Ambiance sonore : 4,5/5

J’avais apprécié Horizon Zero Dawn pour son histoire, mais c’était pour moi loin d’être une référence. Horizon Forbidden West fait franchir un cap à la série en gommant de nombreux défauts de son ainé, avec notamment des combats plus intéressants et des quêtes secondaires bien plus prenantes. Le titre bénéficie également d’une technique bluffante malgré quelques bugs persistants. Les nouvelles aventures d’Aloy sont excellentes, il faudra simplement trouver un second souffle à l’intelligence artificielle et l’infiltration pour faire du prochain opus un chef d’œuvre. En attendant, nouveau venu ou pas, je ne peux que vous conseiller de tenter l’aventure, vous en aurez pour votre argent.

Signature Noopinho