L’avis de Noopinho : Terminator Resistance

avis terminator resistance
Hello les amis !
 

On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau test, qui sera d’ailleurs très certainement mon dernier de cette année 2019. Je vais vous parler d’ambiance fin du monde et de robots avec Terminator Resistance.

Ce FPS, sorti en novembre dernier, nous place dans la peau d’un membre de la résistance qui cherche à renverser Skynet, et ainsi contrer le soulèvement des machines.

Les adaptations de licences de films ne sont en général pas une grande réussite en jeux vidéo, mais est-ce que ce Terminator Résistance va réussir à se démarquer ? C’est ce que nous allons découvrir.

 
 

Terminators, compagnons et fusil à plasma

 

Dans Terminator Resistance, nous incarnons Jacob Rivers, un soldat de la résistance. Le titre se déroule bien des années après le soulèvement des machines, et Skynet, l’intelligence artificielle meurtrière, a déjà réduit en cendres une bonne partie de la civilisation humaine.

Au début du titre, notre héros vient de perdre toute son unité, décimée par Skynet et son armée de mecas et autres Terminators. Jacob veut prévenir une autre division de la Résistance concernant des Terminators moitié humain, moitié machine, qui cherchent à tuer les derniers résistants.

Durant notre périple, nous allons vite découvrir un groupe de réfugiés avec lesquels nous allons pouvoir interagir, discuter, et pour lesquels nous allons remplir des quêtes.

Le jeu propose d’ailleurs des choix à effectuer à propos de nos compagnons, choix assez simples mais qui auront une influence directe sur la fin du jeu. À vous de prendre les bonnes décisions pour que vos amis soient en sécurité...

Le scénario du titre est assez simple, et même prévisible. Toutefois, le jeu étant tout de même assez fidèle à l’ambiance générale de la saga, on prend plaisir à suivre l’histoire du sergent Rivers, ainsi que ce combat de l’humanité contre les machines.

avis terminator resistance
 
 

Un Terminator aux multiples facettes

 

Parlons maintenant un peu de gameplay. Terminator Resistance est plutôt bien construit je trouve.

Le début de la partie est assez stressant, et il vous faudra user de la furtivité pour ne pas subir la puissance des Terminators. Il faudra également attendre d’améliorer son personnage et ses armes afin de pouvoir commencer à inquiéter l’armée de Skynet.

Le jeu est un FPS assez classique, mais reprenant quelques mécaniques de RPG. Vous pourrez par exemple améliorer vos armes via des établis. De plus, le jeu possède un système de niveaux. A chaque niveau, vous allez acquérir un point de compétence à répartir dans différentes catégories, comme par exemple le piratage pour infiltrer des réseaux complexes de Skynet, ou encore la discrétion pour passer plus facilement inaperçu.

Concernant les affrontements, ils sont assez intéressants car il faudra toujours adapter vos armes et votre façon de jouer en fonction de vos ennemis. Vous retrouver face à un drone ou un Terminator ne vous demandera pas du tout la même approche d’attaque.

Je regrette toutefois une certaine mollesse dans les combats, les armes sont assez variées mais manquent vraiment de punch. De plus, l’intelligence artificielle des adversaires n’est pas vraiment une grande réussite. Il vous suffira par moment de bien vous mettre à couvert pour pouvoir venir à bout facilement de vos ennemis.

Concernant la difficulté d’ailleurs, je la trouve plutôt bien dosée et progressive au fur et à mesure du jeu. Comme je le disais plus haut, notre personnage va s’améliorer tout au long de notre aventure, et cela nous donnera un réel sentiment de progression.

Malheureusement, et même si la progression est bien dosée, elle est vite stoppée par une durée de vie bien trop courte pour un titre du genre, vendu tout de même 60€ à sa sortie. Il m’a fallu 7h30 pour venir à bout du jeu en remplissant les quêtes annexes. Alors certes je préfère parfois les aventures courtes mais intenses, mais là c’est vraiment trop peu et l’on reste un peu sur notre faim…

terminator resistance
 
 

Une technique aux rouages perfectibles

 

S’il y a bien un aspect sur lequel je suis sceptique sur ce Terminator Resistance, c’est sur son aspect technique.

Le titre a des décors plutôt corrects et il rend globalement très bien hommage à la franchise. On sent totalement l’extinction qui menace l’humanité de part ses décors apocalyptiques.

Malheureusement, le titre propose par moments des textures assez vilaines, et surtout des animations faciales pour ses personnages assez affreuses. Je me suis demandé plus d’une fois si ce n’était pas mes interlocuteurs qui étaient des terminators avec leurs yeux grands ouverts et leur manque d’expression.

Concernant la musique, elle fait le boulot sans être inoubliable. On retrouve les thèmes des films et les bruitages sont cohérents avec l’univers.

terminator resistance
 
 
Fiche d’identité du jeu
Edité par Reef Entertainment Public +16
Développé par Teyon Fourni par l’éditeur Oui
Date de sortie 15 novembre 2019 Testé sur Xbox One X
Plateformes PC, PS4, Xbox One Temps de jeu 7h30
Les points positifs Les points négatifs
• Quêtes assez intéressantes • Intelligence artificielle pas très maline
• Univers de Terminator bien représenté • Animations faciales horribles
• Mécaniques de RPG bien pensées • Affrontements assez mollassons
• Histoire classique mais efficace • Durée de vie trop faible
• Devoir s’adapter aux différents ennemis
Note finale : 13/20
Durée de vie : 2,5/5 – D.A./Graphisme/Ambiance sonore : 3/5 – Gameplay : 3,5/5 – Univers/Histoire : 4/5
 

On sent bien que ce Terminator Resistance a manqué un peu de budget, et c’est bien dommage car le jeu est plein de bonnes idées, avec un gameplay intéressant, une histoire sympathique, et il rend globalement bien hommage à la saga. Je vous conseille toutefois d’attendre une baisse de prix, car la durée de vie est vraiment faible pour 60€. Malgré tout, le titre reste un divertissement correct pour les fans de Terminator ou de FPS en général.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *