L’avis du Vibromaster : Oxide Room 104, un bon concept peut-il sauver un jeu ?

L’avis du Vibromaster : Oxide Room 104, un bon concept peut-il sauver un jeu ?

14 juillet 2022 0 Par Noopinho
Bonjour à tous !

Bienvenu dans ce test de OXIDE Room 104. Disponible depuis le 17 juin 2022 en version dématérialisée sur tous les supports avant une sortie physique sur Switch le 12 août 2022, le titre horrifique est développé par Wild Sphere et édité par Perpetual Europe.

Dans une industrie où l’horreur survit principalement grâce à la scène indé, ce petit jeu a-t-il suffisamment de qualités pour se démarquer de la masse ? Réponse en quelques paragraphes…


Hallucinations et hôtel insalubre

OXIDE Room 104 vous met dans la peau d’un certain Matt, personnage mystérieux qui semble être en fuite. Ce brave homme se retrouve bien obligé de prendre une chambre dans un hôtel miteux dans lequel, comme par hasard, tout va devenir très étrange. Notre pauvre avatar se retrouvera vite nu dans une baignoire, point de départ de ses réelles mésaventures vu que l’hôtel semble hanté par des créatures toutes droits sortis de la colline silencieuse…

Le scénario de OXIDE Room 104 ne vole pas bien haut.

Autant le dire tout de suite, le scénario ne vole pas bien haut, et ce malgré quelques pistes intéressantes soulevé çà et là par des dialogues assez décousus.

On sent que le studio à tenter de rendre son méchant principal marquant en le laissant s’adonner à des monologues inspirés qui malheureusement tombent totalement à plat, la faute d’un jeu d’acteur peu convainquant et des répliques qui semblent avoir parfois été écrites à la va-vite.

Si l’on ajoute à ça que le méchant en question s’appelle “Evil”… Cela donne une bonne idée du niveau globale d’écriture. Et ce ne sont pas les quelques documents trouvés dans les niveaux qui approfondiront notre histoire.


Un gameplay rouillé

Mais quid du jeu manette en main ? Joy-con en main en l’occurrence vu que j’ai personnellement testé la version Switch du jeu. N’y allons pas par quatre chemins, le jeu a été pensé pour être joué à la souris et ça se ressent. Les déplacements sont assez lourds mais c’est avant tout le curseur qui vous posera un problème. Le stick de la Switch n’est pas du tout adapté à la précision exigée par le jeu.

Il faut exactement pointer l’objet avec lequel on veut interagir faute de quoi nos cliques seront absolument inutiles. Même chose pour la visée : bonne chance pour vous débarrasser des monstres qui vous attaqueront. Non seulement vous vous retrouverez parfois dans des endroits exigus face à un monstre que vous aurez du mal à viser mais en plus il vous faudra un chargeur entier pour vous en débarrasser. Un choix qui pourrait être source de tension, mais le fait est que vous serez souvent coincé sans possibilité de survie. Le résultat est avant tout frustrant et vous fera gaspiller une de vos précieuses vies… Car oui, le jeu repose sur un système de vie plutôt intéressant en réalité.

Chaque fois que vous mourrez, vous vous réveillerez une première fois face au méchant qui vous coupera un membre avant de vous renvoyer dans l’hôtel. Vous vous réveillerez de nouveau dans la baignoire du début du jeu, mais dans une version altérée, qui facilitera votre progression jusqu’au moment où vous êtes préalablement mort. Vous avez deux bras, deux jambes, donc autant de chances d’arriver à la bonne fin du jeu avant un reboot total. Notez d’ailleurs que même ces reboot, c’est à dire ces nouvelles parties, proposerons à chaque fois des différences. Un concept extrêmement intéressant qui justifie en fait la difficulté du jeu.

Le concept du jeu est intéressant mais malheureusement gâché par un gameplay totalement à la ramasse.

Par exemple vous risquez de subir des hémorragies ou des empoisonnements, et dans ces cas-là il vous faudra des antidotes ou des bandages pour survivre. Mais votre inventaire est très limité et la mort très, TRES rapide. Le but du jeu sera donc de prévoir au maximum les situations jusqu’à atteindre la run parfaite, celle que vous traverserez sans mourir, sans saigner, sans commettre d’erreurs.

Un concept vraiment très intéressant donc qui reste gâché par des éléments techniques maladroits. Comme on l’as vu, quand on perd ce n’est pas vraiment parce que le jeu nous à intelligemment piégé mais plutôt parce que le gameplay totalement à la ramasse du titre nous a empêcher de nous en sortir. Triste constat qui peut tout de même être relativisé si vous jouez sur PC, nettement plus précis et adéquat pour ce genre de titre.


Pas très beau mais pas très grave

On sent bien que le jeu souffre d’un petit budget. Mais est-ce bien grave ? Certes les animations sont datées, les textures en papier et les designs finalement peu inspirés, mais on l’a vu bien souvent sur la scène indé de l’horreur : les graphismes sont tout à fait secondaires.

On peut donc facilement pardonner ces lacunes en réalité, mais c’est tout de suite plus complexe lorsqu’il s’agit de temps de chargements incessants et vraiment longuet. L’optimisation laisse vraiment à désirer et il est assez dur de justifier un prix de 30 euros.

La technique du titre n’est pas grandiose, mais c’est surtout son tarif qui est rédhibitoire au vu de la qualité proposée.

En effet, techniquement à la ramasse et proposant une durée de vie de moins de 4 heures (voire encore moins) on aura du mal à comprendre l’écart de prix par rapport à des jeux similaires qu’on trouvera sur le store à moins de 5 euros… Et quoi qu’on en dise, le prix influence forcément l’avis d’un joueur !

Dernier mot sur la bande-son tout à fait anecdotique : une seule chanson (pas bien fameuse) à retenir, des bruitages assez… basiques et un seul doubleur pour le héros et le méchant risqueront de marquer les joueurs, mais pas forcément de la bonne manière…


Fiche d’identité du jeu
  Edité parWildSphere  Public+18
  Développé parWildSphere  Fourni par l’éditeurOui
  Date de sortie17 juin 2022  Testé surNintendo Switch
  PlateformesPC, PS4, PS5, Switch, Xbox One et Xbox Series  Temps de jeu5h
Les points positifs
Les points négatifs
• Un super concept• Maniabilité à revoir
• Techniquement en retard
• Coûte 15 euros de trop
 
Note finale : 7/20
Gameplay : 1,5/5 | Durée de vie : 2/5 | Histoire/Univers : 1,5/5 | Direction artistique/Graphismes/Ambiance sonore : 2/5

OXIDE Room 104 fait partie de ces jeux au concept vraiment bon mais qui reste complètement plombé par une technique aux fraises et un gameplay imprécis. S’il trouvera peut-être son publique, ses défauts et so, prix trop élevé risquent de largement nuire à son succès. Un triste constat tant son exploitation du concept de boucle temporelle sort du lot et justifierais la curiosité d’un joueur en recherche d’expérience horrifique. Bref, un jeu correct en promotion qu’il vaudra quand même mieux éviter pour le moment.

Signature Le Vibromaster