L’avis de Noopinho : Super Night Riders

Hello les amis !

On se retrouve aujourd’hui pour un jeu un peu particulier car je n’ai pas trop l’habitude de tester des jeux indépendants, mais celui-ci a particulièrement attiré mon attention, il s’agit de Super Night Riders.
Ce jeu, uniquement disponible en version dématérialisée, est accessible sur PC, PS4 et Xbox One. Il est développé par le studio indépendant Neko.Works qui est composé d’un seul développeur.
Mes critères de notation seront évidemment un peu plus souple qu’à l’accoutumé, mais rassurez-vous, Super Night Riders n’a pas besoin de cela pour être un bon jeu. Allez, je vous dis tout ! 🙂

Commençons par placer le décor de Super Night Riders (que j’abrégerai en  » SNR « ). Il s’agit donc, comme dit plus haut, d’un jeu indépendant. Nous incarnons Alice, une pilote de moto qui devra, dans différents niveaux, réussir à franchir des checkpoints dans un temps imparti.
Pour ce faire, il faudra avoir constamment l’accélérateur enfoncé à fond, et réussir à prendre au mieux les virages qui se succèdent tout en évitant les autres motos qui vous barreront la route et vous feront perdre un temps précieux.
Voilà pour l’idée générale de gameplay. Au niveau de la maniabilité, vous mettrez sûrement quelques minutes à vous habituer à la vitesse et au braquage très arcade de la moto. Les sensations de conduite sont très agréables avec une vitesse bien retranscrite, et vous vous surprendrez à enchainer les virages à 315 km/h entre les autres motos.
Pour vous donner une idée (si vous connaissez), le jeu ressemble beaucoup à Outrun, le célèbre jeu de voitures sorti dans les années 90 sur Megadrive. Ce qui est sûr, c’est que si le feeling rétro ne vous plait pas, fuyez SNR, il ne vous plaira sûrement pas. Par contre, si vous êtes un fan des jeux d’arcade d’antan, vous allez y trouver votre compte.

Pour les modes de jeu, vous en aurez 2 principaux qui vous tiendront approximativement 4h, ce qui reste une durée de vie raisonnable pour un jeu affiché à 8€ sur le store.
Il y a donc le mode course où vous devrez passez 6 checkpoints dans un temps imparti pour réussir la course, avec des décors différents entre chaque étape. Ces courses sont au nombre de 6, plus une autre donc je vous parlerai après.
Une fois les courses faites, il vous restera les stages qui sont exactement basé sur le même principe, sauf qu’ils se concentrent uniquement sur un seul décor (la forêt, le canyon, etc.). Une fois tout cela fait (et je dois dire que la courbe de difficulté est très correcte), vous vous retrouverez face à un ultime défi : une course regroupant les courses 1 à 6, soit un total de 36 checkpoints à passer. Autant vous dire que votre concentration et vos réflexes seront mis à rude épreuve, mais une fois réussi vous serez vraiment satisfait. Une fois encore, la même sensation que dans les jeux d’autrefois, même si je dois avouer que j’ai dû réussir au bout du 20ème essai environ.
Petit plus pour les chasseurs de trophées, succès et autres : réussir à platiner le jeu est assez facile. Si vous réussissez toutes les courses et les différents stages, c’est le trophée de platine ou les 1000 G assurés.

Parlons maintenant un peu de la partie technique du jeu. J’ai été assez surpris en voyant que le jeu bénéficiait d’un patch 4K pour la Xbox One X. Cependant, ne vous attendez pas à des textures monstrueuses comme Hellblade Senua’s Sacrifice par exemple (test à venir bientôt sur le site).
Mais attention, nous sommes sur un jeu volontairement rétro, et il ne faut pas juger les graphismes comme on jugerait Battlefield par exemple. Le côté artistique du jeu est, lui, très réussi en mode Classic (vous aurez le choix entre un aspect Classic plus rétro, ou Super un peu plus contemporain) avec une palette de couleurs du plus bel effet et une fluidité à toute épreuve.
Cependant, je suis assez déçu du mode Super que je n’ai quasiment jamais utilisé. Effectivement c’est plus propre, plus lisse, mais moins esthétique pour moi. Mais ceci n’est qu’une question de goût. Ce qui n’est vraiment pas super avec ce mode, c’est que les couleurs du décor et des motos ennemies se confondent parfois et il y a des chutes de framerate très désagréables par moment. Des défauts que nous ne retrouvons pas dans le mode Classic.
Pour finir, j’aimerais dire un mot sur les musiques qui sont elles-aussi évidemment dans le plus pur style rétro. Je peux vous dire que je me suis régalé avec des compositions simples mais entraînantes. Petit plus : il est possible de choisir le son à passer pendant les niveaux, et le switcher avec un simple appui sur une gâchette pendant la course, un vrai régal !

Les points positifs

– Côté rétro-arcade jouissif
– Maniabilité
– Courbe de difficulté
– Prix
– Aspect graphique réussi
– Musiques géniales
– Platine facile pour les chasseurs de succès

LES POINTS NÉGATIFS

– Gameplay qui ne plaira pas à tous
– Un peu répétitif
– Mode Super pas toujours fluide et un peu brouillon

Note finale : 15/20
(enlevez 3 points si vous n’êtes pas fan des jeux rétro-arcade)

Durée de vie : 3/5 – Dir Artistique+graphisme+ambiance sonore : 4,5/5 – Gameplay : 3,5/5 – Fun : 4/5
Super Night Riders ne plaira pas à tout le monde, c’est une certitude. Son coté rétro et son gameplay totalement arcade peuvent vite rebuter. Cependant, le jeu a d’énormes qualités avec une fluidité à toute épreuve en mode Classic, une bande son du tonnerre, et surtout un plaisir de jeu immédiat. Vous voulez lancer un jeu pour essayer de faire du scoring rapidement, sans vous embêter avec une histoire, des tutos ou autres, alors SNR est fait pour vous, dans le plus pur style de l’arcade. Alors chasseurs de trophées, amoureux de jeux rétro comme Outrun, ou bien tout simplement joueur curieux de nouvelles expériences, vous pouvez investir vos deniers dans Super Night Riders, il mérite vraiment votre attention malgré ces quelques défauts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *