L’avis de Noopinho : Ratchet & Clank : Rift Apart, un feu d’artifices visuel et vidéoludique

L’avis de Noopinho : Ratchet & Clank : Rift Apart, un feu d’artifices visuel et vidéoludique

11 septembre 2021 0 Par Noopinho
Hello les amis !
 

On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau test (qui a quelques mois de retard) et on va parler de Ratchet & Clank : Rift Apart, l’une des exclusivités majeures de la Playstation 5 pour cette année 2021.

Le titre est sorti le 11 juin 2021 sur PS5 uniquement donc, et il fait suite directe à l’épisode Playstation 4 qui date lui d’avril 2016, et qui était un reboot de la franchise.

Après un opus précédent très réussi, est-ce que Insomniac Games nous propose une fois de plus une œuvre au top et qui profite des caractéristiques de la nouvelle machine de Sony ? C’est ce que nous allons découvrir !


Ne touche pas à ma dimension

Comme je le disais un peu plus haut, Ratchet & Clank : Rift Apart fait suite au reboot de la franchise sur Playstation 4. Nos deux héros sont devenus des héros, et le jeu débute par la célébration de leurs précédents exploits.

Evidemment, tout ne va pas se passer comme prévu, et l’ignoble (et surtout très drôle) Dr Nefarious va venir semer la pagaille. Grâce à une arme qui se nomme le dimensionnateur, il va réussir à voyager à travers les dimensions, mais surtout à créer des portails un peu partout, ce qui engendrera le chaos le plus total.

À la suite de ces évènements, le lombax et son ami robotique vont se retrouver à devoir une fois de plus sauver le monde, mais surtout l’ensemble des dimensions. Mais pour cela, ils vont être aidés par leurs alter-egos, qui se nomment Rivet et Kit.

Rivet est un gros coup de coeur pour moi, elle a un caractère bien différent de Ratchet.

Le scénario du jeu n’est pas incroyable c’est une certitude, les dialogues ne sont pas non plus extraordinaires, mais ce n’est pas vraiment ce que l’on attend de ce type de titre. Ce que les développeurs ont réussi à faire en revanche, et c’est tout autant important, c’est de faire un monde cohérent, et surtout avec des personnages très attachants. Ratchet & Clank sont déjà des protagonistes que j’apprécie, mais j’ai eu un gros coup de cœur pour Rivet, qui a un caractère bien différent de son double dimensionnel masculin.

Pour moi c’est réellement un bon point de me faire m’attacher à l’univers et aux personnages d’un jeu de plateformes, car en général une fois le titre terminé, je ne me souviens même plus trop ce que je devais y faire tellement tout ça est traité de manière générique parfois.

Enfin, parlons un peu de la durée de vie. Pour le genre elle est correcte, j’ai mis 12 heures pour voir le générique de fin, en prenant le temps de faire l’intégralité des quêtes secondaires et de récolter tous les bonus possibles. Malgré tout, cela paraît un poil léger pour un titre de cette envergure, j’aurais aimé quelques heures de plus, mais je le rappelle pour le genre ce n’est pas non plus une catastrophe.

Ratchet & Clank : Rift Apart histoire

Je prendrais un arsenal complet au petit-déjeuner !

Sans grandes surprises, Ratchet & Clank : Rift Apart nous sert tout ce qui fait le sel de la franchise. Nous avons donc le droit à un plateformer en 3D, qui est d’ailleurs plus axé sur les phases de tirs et d’action que sur la plateforme.

Notre Lombax, ainsi que Rivet que nous allons pouvoir incarner, ont un arsenal d’armes à disposition assez incroyable pour venir à bout de leurs ennemis. C’est d’ailleurs l’une des grandes forces du jeu, au fur et à mesure de la progression, vous allez pouvoir acheter des armes toujours plus fortes et loufoques et surtout les améliorer. Ce sentiment de progression est constant tout au long de l’aventure, et il est vraiment agréable.

Concernant les nouvelles capacités de nos héros, nous pouvons désormais utiliser un dash, qui permet de se projeter rapidement vers l’avant. Cette nouveauté combinée à l’agilité habituelle des protagonistes rend les affrontements encore plus intéressants.

Le rythme de Ratchet & Clank : Rift Apart est parfaitement géré du début à la fin.

L’autre spécificité du titre qui a été mise en avant, c’est le fait de pouvoir sauter à travers les dimensions. Alors, je vais être clair sur cette feature, elle est très bien gérée mais scriptée la plupart du temps. En combat vous pourrez vous en servir comme d’une sorte de dash amélioré, afin de vous « téléporter » vers un point de l’arène de combat. Ce n’est donc pas une innovation majeure, elle ne change pas vraiment les habitudes du jeu pour les connaisseurs de la franchise.

Evidemment, vous ne ferez pas que combattre dans Ratchet & Clank : Rift Apart, vous allez pouvoir collecter des collectibles, des armures donnant des bonus divers mais aussi accomplir des quêtes secondaires qui sont pour la plupart plutôt intéressantes.

Enfin, deux mini-jeux vont être plus ou moins obligatoire, dans l’un vous allez devoir incarner une sorte d’araignée mécanique dans un mini jeu de tir, où l’objectif et d’éradiquer un virus. L’autre nous fait incarner Clank, qui aura la charge de rompre des anomalies avec des puzzles bien pensés.

Pour finir concernant le gameplay, une chose m’a sauté aux yeux durant toute l’aventure, les petits gars de chez Insomniac Games ont parfaitement su gérer le rythme de leur bébé. C’est bien simple, il y a très peu de répit, les scènes d’actions s’enchainent avec des cinématiques et autres activités diverses, le tout parfaitement et sans s’essouffler. C’est bien simple, chaque heure de jeu sur le titre passe à la vitesse de la lumière (un signe plutôt positif en général).


C’est un film ou un jeu ?

S’il y a bien une qualité qui saute aux yeux tout de suite dans ce titre, c’est sa beauté. Ratchet & Clank : Rift Apart est une leçon de technique de bout en bout. On peut comprendre le souhait de Playstation d’en faire une exclusivité pour la PS5, le jeu en est un véritable porte-étendard.

Tout d’abord, la technique pure fait des merveilles avec des textures ultra propres et détaillés, des effets lumineux de toute beautés, et des explosions en combat vraiment bluffantes. C’est bien simple, on a littéralement l’impression d’être devant un film d’animation par moment. Je vous invite d’ailleurs à regarder la galarie juste en dessous de ce test pour vous rendre compte du niveau de détails.

Concernant la direction artistique, le jeu ne bouge pas trop par rapport à ce qu’on a connu dans l’épisode précédent. Mais il arrive tout de même à se renouveler grâce à un nombre de planètes à visiter assez conséquent, et surtout variées.

On a littéralement l’impression d’être devant un film d’animation par moment.

Attention toutefois, j’ai fini le jeu récemment et il restait encore quelques bugs. J’ai fini deux fois coincés dans le décor à devoir recharger ma sauvegarde pour me débloquer. Ce ne sont pas non plus des problèmes majeurs, mais ça gâche un peu l’expérience parfois et c’est dommage.

Enfin, un point sur la partie sonore. La musique est assez discrète, mais elle sait être épique quand il le faut, en bref, elle est parfaitement dans le thème et raccord avec l’action. Mais le point positif majeur, c’est le doublage en français qui est vraiment de qualité. Je n’ai pas trouvé un seul doubleur qui n’était pas dans le ton, et mention spéciale évidemment à Philippe Peythieu (Homer Simpson) qui double le Dr Nefarious à la perfection.

Ratchet & Clank : Rift Apart technique

Fiche d’identité du jeu
  Edité parSony Interactive Entertainment  Public+7
  Développé parInsomniac Games  Fourni par l’éditeurOui
  Date de sortie11 juin 2021  Testé surPlaystation 5
  PlateformesPlaystation 5  Temps de jeu12h
Les points positifs
Les points négatifs
• Jeu d’une beauté rarement atteinte dans un jeu vidéo• Durée de vie un peu légère
• Histoire classique mais plaisante• Quelques bugs de collisions pénibles
• Un arsenal d’armes loufoque et géniale• Les sauts entre les dimensions qui n’apportent pas grand-chose au gameplay
• Gameplay qui innove peu mais toujours efficace
• Le dash, bien pratique et qui améliore encore les affrontements
• Les décors et planètes sont variés et agréables
• Des quêtes annexes correctes dans l’ensemble
• Un doublage en français 5 étoiles
 
Note finale : 17,5/20
Gameplay : 4,5/5 | Durée de vie : 3,5/5 | Histoire/Univers : 4,5/5 | Direction artistique/Graphismes/Ambiance sonore : 5/5

Ratchet & Clank : Rift Apart avait pour ambition de montrer ce que la Playstation 5 a dans le ventre, et bien mission réussie. J’ai rarement pris une aussi grosse claque technique sur un jeu vidéo, le titre paraît parfois ressembler à un film d’animations tellement il est propre, et fourmille de détails. Mais le jeu vidéo ce n’est pas simplement que des graphismes, et là encore, les nouvelles aventures du lombax et du robot s’en tirent très bien. Grâce notamment à un gameplay qui a peu évoluer, mais qui est toujours aussi efficace, et à un arsenal d’armes tout aussi géniale que loufoque. On lui reprochera malgré tout une durée de vie un peu faiblarde pour le prix demandé (80€), mais restant correct pour le genre. A part quelques rares défauts, Insomniac Games peut se vanter d’avoir réussi le virage de la next-gen pour sa mascotte, et je ne peux que vous conseiller de tenter l’aventure, que vous soyez fan ou non du lombax.

Signature Noopinho

  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart
  • Ratchet & Clank : Rift Apart